Comment expertiser son meuble

Comment expertiser son meuble

Selon son âge et son époque, le prix d’un meuble peut facilement varier d’un facteur 1 à 10, d’où l’intérêt de connaître quelques rudiments d’expertise en mobilier.
L’observation attentive d’un meuble, votre culture générale et la connaissance de plusieurs trucs et astuces d’expert vous permettront de distinguer un meuble d’époque, un meuble de style plus récent ou une production douteuse. 

Un petite méthode d’expertise

Dans un premier temps, recherchez les signes d’usure naturelle . Regardez bien les fonds pour distinguer une production de type artisanale ou industrielle . Les assemblages utilisés lors de la construction du meuble donnent de très bons indice quant à l’époque de fabrication.
Selon le type de mobilier, inspectez plus précisément chaque partie, chaque élément. La décoration générale ou le type d’ornement donne aussi une bonne indication sur le style et souvent l’âge de l’objet étudié.
Notez enfin qu’une estampille apposée par l’ébéniste facilite grandement ce processus d’expertise et donne en même temps une plus-value certaine à un meuble authentique.

Après votre première évaluation, vous pouvez toujours demander conseil à un expert qui confirmera ou infirmera votre petite étude.

Le certificat d’expert

Grâce à ses connaissances, un antiquaire peut vous garantir l’authenticité d’un meuble. Il reconnaîtra généralement une copie, un faux ou un véritable meuble d’époque. Contrairement au brocanteur, l’antiquaire doit en effet garantir l’authenticité de ce qu’il vend, grâce à un certificat d’authenticité.
Ce certificat justifie de l’authenticité d’un meuble tant que le contraire n’est pas démontré.

Faire appel à un expert peut cependant coûter plus cher que le meuble lui-même d’où l’intérêt de réaliser soit-même sa petite enquête au préalable.

L’original, la copie ou le faux en mobilier

On distingue trois types de meubles anciens: le meuble d’époque, la copie ancienne et le faux.

– Le meuble d’époque possède des caractéristiques uniques propres à son âge, son vécu, ses techniques de fabrication, son mode de décoration, etc.

– La copie d’un meuble n’est pas un faux. Au XIXe siècle par exemple, de grands ébénistes comme Sormani ont reproduit de meubles du XVIIIe siècle. Des tables de style Louis XV de 1850 peuvent être aussi identifiées comme d’ époque Napoléon III .
A la fin du XIXe siècle et durant toute la belle époque, beaucoup de copies de meubles de style sont produites sous l’impulsion des grands magasins, de la mécanisation et de la mode de l’éclectisme.
Le faubourg Saint-Antoine est alors l’un des acteurs majeur de cette production de qualité.
Au XXe siècle, les magasins de mobilier poursuivent cette production mais avec une moindre qualité en employant souvent des matériaux bon marché comme de l’aggloméré ou des techniques de placage industriel cherchant à faire croire à du bois massif.

– Le faux est une production de revendeurs indélicats qui cherchent à faire passer un meuble récent pour un meuble d’époque. Ces fraudes de ‘faux vieux’ se sont développées dès le milieu du XIXe siècle, date où le meuble d’antiquité était de plus en plus prisé. Les faussaires utilisent par exemple des techniques pour vieillir le bois ou même créer des demi-faux à partir de meubles authentiques.

Merci pour cette contribution : meubliz.com

Laisser un commentaire

Aller à la barre d’outils