Vrai au faux vase Gallé ?

Vrai au faux vase Gallé ?

Quel prix pour les vases Gallé ?

Il faut déjà garder à l’esprit qu’il existe deux types de production, l’une prestigieuse, la seconde plus ordinaire, produite en série. Les prix sont en conséquence allant du simple au décuple, certaines pièces d’exception pouvant atteindre plusieurs centaines de milliers d’euros.

Comment faire la différence entre une production et prestige et de série ?

Les pièces de prestige sont des pièces uniques : le soufflage du verre est fait sans aucun moule (soufflage libre), les pièces de couleurs sont juxtaposées par application à chaud basé selon le brevet déposé par Gallé lui-même en 1898, un motif décoratif est emprisonné entre deux couches de verre : c’est le décor intercalaire. Les motifs en creux ou en relief sont gravés à froid. Emile Gallé aimait également utiliser des feuilles d’or, de la peinture à la grisaille à l’instar des vitraux du Moyen-Age et peindre sur le verre avec des émaux.

Visuellement, le travail est de grande qualité : les pièces et les motifs apparaissent en transparence.

Ce type de pièces se négocient aujourd’hui entre 15.000 et 300.000 euros.

Les pièces de séries sont produites à des fins commerciales : le soufflage est fait dans un moule, la gravure à l’acide : après la superposition des couches de couleurs différentes, un motif est dessiné avec du vernis puis trempé dans un bain d’acide qui attaque ce qui n’est pas protégé par le vernis.Ainsi le motif reste dans une couleur et le fond est de la couleur sous jacente que l’acide met à jour.

La cote des pièces de grande production a plutôt baissé : les vases se négocient entre 300 et 4000 euros; seules les lampes ont conservé un peu de valeur entre 5.000 et 10.000 euros

Après le décès d’Emile Gallé en 1904, la production dite de prestige s’arrête tandis que perdure la production des pièces dites de série.

Les pièces fabriquées entre 1918 et 1936 sont de bonne qualité grâce à l’amélioration des techniques.

Les vases plus raides datent d’après 1925, pour coller à la mode de l’art déco.

Il y a plus d’une centaine de variantes de la signature de Gallé.

Emile Gallé a de son vivant utilisé des signatures très originales inspirées parfois d’alphabets étrangers ou anciens.

Après son décès, les signatures sont plus standardisées : Signature précédée d’une étoile de 1904 à 1906, mais encore utilisée jusqu’en 1914. 

Attention ! Il existe de nombreux faux vases Gallé. Certains sont évidents. Les copies les plus courantes viennent d’Europe de l’Est portant la mention TIP à côté de la signature mais des petits malins ont pensé à meulé cette annotation. 

Cliquez ici pour un article qui dissuade à jamais d’acheter un vase Gallé sur Internet en dehors des sites des antiquaires professionnels.

Source 

Si vous possédez un vase Gallé, nos experts vous communiquent gratuitement une estimation et pré expertise de votre vase et vous invitent à vous accompagner de l’estimation à sa vente.

Laisser un commentaire

Aller à la barre d’outils